Le secteur commercial de la pêche en Wallonie, dont l’aquaculture

La pisciculture ou élevage de poissons - reste le type de production aquacole prédominant en volume en Wallonie et cela principalement au travers des salmonicultures élevant des truites le long des cours d’eau.

La première pisciculture utilisant un mode de reproduction artificiel en Wallonie a vu le jour en 1889 avec l’élevage de truites fario à Freux. La pisciculture s’est particulièrement développée au cours des années 70 à 90, participant ainsi au développement d’autres activités telles que la transformation, le transport, les services et le matériel. Elle employait alors quelques 130 personnes au sein d’environ 90 exploitations et produisait près de 2.000 tonnes de poissons par an.

Restée majoritairement artisanale, le secteur piscicole wallon n’a pas résisté à la compétition internationale. Il ne compte désormais plus qu’environ 70 sites de production pour un volume total de l’ordre de 330 tonnes par an, occupant quelques 40 équivalents temps plein. Malgré une production de haute qualité, reconnue scientifiquement et gastronomiquement, la production reste majoritairement destinée au marché de la pêche de loisir. Fin 2013, le secteur aquacole a été intégré dans le Collège des producteurs wallons.

Programmes de soutien au secteur

Désireuse de soutenir cette activité de notre tissu socio-économique et convaincue de son fort potentiel de durabilité face à la chute des stocks de poissons en mer, la Wallonie, avec l’appui financier de l’Europe, met en œuvre des programmes de soutien. Après celui cofinancé par l’IFOP (2000-2006) puis par le FEP (2007-2013), le programme 2014-2020 est appuyé par le Fonds européen pour les Affaires maritimes et la Pêche, dit FEAMP. Ce programme appuie l’activité aquacole, de transformation et commercialisation des produits de la pêche (commerciale) et de l’aquaculture, ainsi que les aspects transversaux de ces activités économiques. Pour l’aquaculture, le programme appuiera particulièrement les opérations répondant au Plan stratégique de l’aquaculture en Wallonie (2013).

Soutien spécifique lié aux pertes induites par la sécheresse 2018

Suite à la sécheresse, reconnue comme exceptionnelle par l’IRM, survenue entre le 1er juin et le 30 septembre 2018, les producteurs actifs dans le secteur de la production, la transformation et la commercialisation des produits de l’aquaculture ont subi d’importantes pertes dans leur exploitation aquacole. La sécheresse constatée a provoqué un manque d’eau et une température trop élevée de celle-ci, conduisant à des taux de mortalités particulièrement élevés et, pour certains, l’impossibilité de maintenir des poissons dans leur exploitation en vue de les transformer. Le 16 mai 2019, le Gouvernement wallon a adopté en conséquence une base légale permettant d’apporter un soutien financier aux acteurs touchés par cette sécheresse. Conformément au règlement d’aides de minimis pour ce secteur, l’aide wallonne est plafonnée à 30.000 euros au cours des 3 dernières années fiscales.

Les documents accessibles ici sont les suivants :
-    L’AGW du 16 mai 2019 relatif à cette aide de minimis,
-    Son AM d’exécution,
-    Le formulaire (excel) de demande d’aide,
-    Le modèle (word) de déclaration sur l’honneur concernant les aides de minimis antérieures.

Des informations complémentaires, des données chiffrées et une documentation à consulter et/ou emprunter sont également disponibles via notre Centre de documentation.