Allez directement au contenu principal de la page
Wallonie terre d'accueil    
 
   
Portail de l’Agriculture wallonne  
  décoration
     
fleche Fruit et légumes à l’école - Lait à l’école
fleche Ministres wallons de l’Agriculture, Ressources naturelles et de l’Environnement
fleche Direction Générale Agriculture, Ressources naturelles et Environnement (SPW/DGO 3)
fleche Législation
fleche Formulaires en ligne
fleche Documentation
fleche Liens
fleche Vente directe à la ferme - Circuits courts
fleche Embargo russe sur les produits agricoles européens
fleche Les compétences du BIRB ont été transférées aux régions
fleche Appels à projets
fleche Réforme de la Politique Agricole Commune ( PAC ) Premier pilier - 2015-2020
fleche Réforme de la Politique Agricole Commune ( PAC ) Second pilier
fleche Interventions et mesures d’aide à la production, à la transformation et à la promotion de l’écoulement de certains produits agricoles
fleche Certificats d’importation AGRIM et d’exportation AGREX
fleche Logo paconweb PAC-on-Web Déclaration de superficie et demande d’aide électronique
FR 1718 - DE 1719
Depuis la Belgique
decoration
Guide pour le classement des espaces publics

Le principe est de classer les espaces publics en fonction des priorités d’entretien, de l’image que l’on souhaite donner aux espaces, de leur utilisation par les citoyens, des contraintes techniques et environnementales. La classification permet d’obtenir une vision globale de la gestion différenciée sur l’ensemble du territoire : les différentes classes sont-elles équilibrées ? Les projets de changement sont-ils réalistes compte tenu des moyens financiers, humains et matériels de la commune ? La classification est aussi une manière de synthétiser, d’analyser et de chiffrer la gestion différenciée.

Il n’y a pas de règle universelle pour l’établissement des classes d’espaces publics. Plusieurs exemples peuvent être consultés sur le site du Pôle Wallon de Gestion Différenciée.

En général, le nombre de classes oscille entre 3 et 7. Voici un exemple d’une classification à 4 classes :

Classe 1 : Une classe « horticole » pour les espaces de représentation ou symboliques (ex. hôtel de ville, monument aux morts, cimetière, ...) : la nature y est toujours maîtrisée (tonte régulière, fleurissement - annuelles et vivaces, allées sans « mauvaises herbes », entretien très régulier) ;

Classe 2 : Une classe « traditionnelle/espace jardiné » pour les espaces jardinés ou les lieux de vie et de circulation : la nature est toujours maîtrisée mais il y a une tolérance aux « mauvaises herbes » dans certaines conditions et sur certains sites, prédominance de plantes et arbustes vivaces par rapport aux annuelles, peu ou pas de pesticides (Sous réserve de dérogations et durant la période de transition de juin 2014 à juin 2019) ;

Classe 3 : Une classe « paysager/rustique » pour des espaces verts extensifs dans les villages, zones rurales : entretien simple, hauteur de tonte relevée, utilisation de plantes indigènes, tolérance aux « mauvaises herbes » élevée, pas de pesticides, prairies fleuries ;

Classe 4 : Une classe « naturelle » pour les espaces verts champêtres, les zones agricoles... : place à la nature (pas de pesticides), pas de désherbage, gestion forestière, fauchage tardif, très peu d’entretien. »

A chaque classe correspond une intensité d’entretien, qui se traduit par :

  • une fréquence et hauteur de tonte
  • une méthode de désherbage (chimique, alternative, pas de désherbage...)
  • un certain seuil de tolérance aux « mauvaises herbes » (voir ci-dessous)
  • un type de fleurissement (annuel, vivace,...)
  • ...

Il peut également y avoir des espaces dits « mixtes ». En effet, on trouve souvent des espaces complexes, composés de différents éléments qui sont entretenus à des fréquences différentes. Par exemple, on peut trouver, dans une même surface enherbée, des fréquences et hauteurs de tonte différentes, ce qui devrait correspondre à des classes différentes.

La commune de Manage a réalisé une classification qui tient compte de cette complexité. Au lieu d’attribuer une classe à chaque espace, ils ont attribué une classe à chacun des éléments qui composent l’espace et qui n’ont pas tous la même classe. Il y a donc un tableau à deux entrées qui attribue une classe à chaque élément de l’espace (bac à fleurs, pelouse, haie, allée pavée, ...) et définit une fréquence d’entretien pour chacune de ces classes. Ainsi, on peut par exemple avoir un espace globalement classé en classe 2, composé d’une pelouse de classe 1, d’une haie de classe 3 et d’un fleurissement de classe 1 et 2.

Pictogramme de la Région wallonne
 
Mentions légales - Vie privée - Médiateur/Plainte/Amélioration - Accessibilité Accessibilité
Haut de la page